Accéder au contenu principal

Vos vacances au vert pour plus d'authenticité

Et si vous profitiez de l'été pour adopter une démarche plus durable et respectueuse de l'environnement dans votre vie quotidienne ? Les domaines sont nombreux où une telle approche est possible sans grands bouleversements.


Cet été, la famille Rombouts a choisi de passer ses vacances en Equateur. Pour organiser son voyage, elle s'est adressée à l'agence Continents Insolites, spécialisée dans le sur- mesure. Les Rombouts n'aiment pas voyager en groupe et, s'ils ont passé l'âge de partir à l'aventure avec un sac à dos, ils n'en affectionnent pas moins l'immersion et les rencontres locales. Ils ont donc souhaité passer quelques jours dans une communauté indienne en Amazonie et trois autres dans un village andin.
Objectif : "Partager le quotidien des habitants pour donner une dimension plus humaine à notre voyage, plus proche des réalités locales, explique Christine Rombouts. Cela ne nous empêchera pas de séjourner dans des hôtels ou des lodges à d'autres moments. Mais là où c'est possible, nous privilégierons les écolodges, c'est-à-dire des établissements qui adoptent une démarche écologique, respectueuse de la nature, de l'environnement et des populations."
Depuis quelques années, le secteur du voyage passe lui aussi doucement au vert. Longtemps accusé des pires excès dus au développement du tourisme de masse - pollution, surconsommation d'énergie, empreinte écologique des transports en voiture et en avion, surexploitation des ressources et des populations locales... -, il fait l'objet d'une prise de conscience essentiellement motivée par... la demande des consommateurs eux-mêmes. Cette conscientisation s'est notamment traduite par la création d'un nombre impressionnant de labels, basés sur des critères objectivables, qui certifient le caractère durable des prestations des différents acteurs de la filière. D'abord les hôtels et restaurants, puis les agences, les tour-opérateurs et les prestataires locaux. Ne peut plus se prévaloir du terme "écotourisme" qui veut.

Dimension humaine
Ecolabel européen, Sustainable Tourisme Education Program (STEP), Bio Hotels, Certified Green Restaurants... Ces labels peuvent servir de référence mais ils ne sont pas tout. Certains voyagistes n'ont pas attendu le passage des inspecteurs pour s'inscrire dans une démarche volontairement écoresponsable. Voici une dizaine d'années par exemple que Jean-François Delvaulx a créé Emotion Planet pour proposer à ses clients des "voyages à dimension humaine basés sur l'auto-expérience" dans plus de vingt destinations.
"En groupe, en famille ou en individuel, nos voyageurs vont à la rencontre des populations locales et prennent le temps de le faire en profondeur, explique David Filippin, conseiller chez Emotion Planet. On n'essaie pas de tout faire en un minimum de temps, on privilégie la qualité à la quantité." Logement chez l'habitant, transports en commun là où c'est possible, utilisation de guides et de prestataires locaux en réduisant au maximum les intermédiaires, participation à la vie des communautés... Tout est mis en oeuvre pour privilégier les contacts humains. A des tarifs qui, du même coup, restent plus abordables tout en bénéficiant directement aux populations locales.
"Le programme reste souple et on n'hésite pas à faire un détour si l'on apprend l'existence d'une fête locale", poursuit David Filippin. Maître-mot : l'authenticité, à l'opposé de ces circuits où le folklore est parfois mis en scène pour coller à l'itinéraire surchargé des circuits organisés. Les voyageurs en redemandent. Chez Emotion Planet, la croissance est ininterrompue et cette année, l'agence avait atteint en mai son chiffre de toute l'année passée...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 10 meilleurs restaurants à Paris

On est toujours à la recherche d'un super resto. Un bistrot gourmand pour passer une belle soirée entre potes, une jolie cantine pour se régaler avec cet ami veggie, un burger d’anthologie, une table particulière pour un événement tout aussi particulier. Alors, pour ne pas se planter (au risque de transformer un bon moment en fiasco total), voici nos 100 meilleures adresses. Un dossier qui aurait pu s'intituler « Nos 100 restaurants préférés » ou simplement « 100 bons restaurants parisiens », tant il est difficile de parler de classement ou d'établir des palmarès.  Une liste d'établissements, tous testés anonymement par l'ensemble de la Rédaction et en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client.

Etablissements qui, grâce à leur cuisine évidemment, mais aussi leur créativité, leur accueil, leur gentillesse, leur passion, nous donnent envie de parler d'eux. Surprise, étonnement, plaisir... L’émotion peut surgir d’un bao à 5€ comme d’un pla…

TOP 10 des villes de France où il fait bon vivre et travailler

Quitter Paris, oui, mais pour aller où? Certaines destinations font davantage rêver que d'autres. Mais tout dépend aussi de vos motivations. Il y a les villes où la qualité de vie est excellente, celles qui offrent de bonnes opportunités de travail, et ce sont rarement les mêmes...1. NANTES

Ville portuaire, ville natale de Jules Verne, capitale des ducs de Bretagne : bienvenue à Nantes ! Ouverte sur l’Europe et sur le monde, entre Bretagne, Vendée et Pays de la Loire, Nantes est une ville au carrefour de nombreuses influences. L’agglomération est depuis une vingtaine d’années en plein essor démographique. La population nantaise est passée de 470 000 habitants en 1980 à près de 590 000 habitants aujourd’hui. En 2020, Nantes et son agglomération devraient abriter plus de 640 000 personnes.

2. LYON
Lyon ne souffre plus la comparaison avec la région Parisienne. L’agglomération Rhône-Alpine est devenue un pôle majeur en Europe et bénéficie de l’implantation de leaders internationaux, d’u…

La Suisse, l’eldorado des jeunes diplômés ?

C’est le pays francophone d’Europe qui attire le plus les candidats français à l’expatriation.

La sixième édition du Forum Expat qu’organise Le Monde les 5 et 6 juin à la Cité de la mode et du design, à Paris, répond à toutes les questions que les candidats à l’expatriation se posent. A commencer par celle de la destination… En Suisse, les ressortissants étrangers représentent 25 % de la population active permanente. Les opportunités professionnelles alléchantes et les salaires confortables incitent les jeunes diplômés français à s’y expatrier pour booster leur carrière à l’international sans sacrifier leur qualité de vie. Selon une enquête de la Conférence des grandes écoles (CGE), la Confédération helvétique arrive ainsi en tête des destinations francophones plébiscitées par les diplômés de 2016 travaillant à l’étranger, devant le Luxembourg, la Belgique et le Canada. C’est d’ailleurs la principale terre d’accueil des expatriés français de tout âge : près de 190 000 y sont domicilié…