Accéder au contenu principal

Travail et écran : comment préserver sa vue au bureau

Migraines, yeux qui piquent, troubles de la vision, fatigue musculaire... la vie de bureau connectée n'est pas tendre avec votre vue. Les Français passent en moyenne six heures par jour devant un écran - près de dix heures pour les 16-24 ans! Constat et conseils des experts pour garder les yeux en face des trous.



Vous restez pantois chaque matin devant votre voisin de bureau, brillant millénial hyperactif et survolté, qui participe à la réunion, tout en ayant l'œil rivé sur trois, voire quatre écrans à la fois ? Ordi, télé, tablette, téléphone… Rassurez-vous (comme vous le pouvez) : à l'arrivée, vous finirez sans doute votre belle carrière avec une vue en bien meilleur état que le sien. C'est le constat sans appel dressé depuis quelques années par les médecins et experts : à l'heure du tout numérique, il faut plus que jamais avoir sa vue à l'œil.
L’Asnav (Association nationale pour l’amélioration de la vue) l’a encore rappelé en janvier lors de la première journée internationale dédiée à la prévention visuelle, au Mido de Milan, le salon mondial de l’industrie optique : notre santé oculaire se dégrade. D’un côté, une épidémie de myopie menace – selon l’OMS et l’ONG australien Brian Holden, la moitié de la population mondiale sera myope à l’horizon de 2050. De l’autre, la presbytie nous guette. Surtout les jeunes : la France compte 700 000 nouveaux jeunes presbytes chaque année, victimes entre autres de la surconsommation d’écrans. Au quotidien, et notamment au travail, selon le baromètre 2017 de l’Asnav et Opinionway, nous passons en moyenne 6h22 par jour devant un écran – 9h57 pour les 16-24 ans ! Une moyenne en hausse de près de 20 % sur deux ans pour les deux populations… De quoi souffrir, avant même les pathologies les plus sérieuses, des symptômes usuels de la fatigue oculaire : maux de tête, vue trouble, yeux qui pleurent ou au contraire sécheresse oculaire… « Autant de menaces pour le confort, la sécurité, l’efficacité – voire la productivité au travail, » souligne Patrice Camacho, le Directeur santé de Krys Group.
L’industrie, sans surprise, se frotte les mains. S’empresse de multiplier les innovations technologiques permettant de soulager les sensations d’inconfort visuel liés au trop plein d’écrans et à l’exposition globalement insuffisante à la lumière du jour. A l’image de Krys Group, gros acteur du marché, qui a lancé en février, My Proxi ID, verres progressifs intermédiaire d’intérieur, personnalisables en fonction de la distance d’utilisation des outils de travail. Egalement en plein essor avec la vie de bureau connectée, les verres traités anti-lumière bleue, de plus en plus nombreux chez les ténors du marché (Zeiss, Essilor, Krys…).
Nouveautés qui n’excluent pas la prévention à titre individuel devant son écran. Eric Plat, le PDG d’Atol Les opticiens, est formel « En restant trop longtemps, statique, devant son écran, on finit par réduire de 30 % son champ de vision, ce qui pose un problème, ensuite, lorsqu’on quitte le bureau pour rentrer chez soi, monter sur son scooter, prendre le volant ou tout simplement traverser la rue. » Quitter le bureau plus tôt ne suffit pas à éradiquer la fatigue visuelle, dont souffre une personne sur deux au bureau. Pour préserver sa vue sur le long terme, voici les conseils des professionnels. A suivre les yeux fermés.

Prenez de la hauteur. Réglez votre siège en plaçant votre écran à la hauteur des yeux. Sauf si vous portez des verres progressifs – vous risqueriez alors de succomber au syndrome du « nez en l’air », dommageables pour vos muscles trapèzes... et parfois mal interprêté au niveau du body language. Au passage, votre dos vous dira aussi "merci" : l’inclinaison de la tête c’est un ajout de poids de 45 kg.
    • Ayez la larme facile. Quand vous fixez l’écran vos yeux clignent moins et se dessèchent beaucoup plus vite. Baissez la climatisation ou le chauffage. Ne recourez aux larmes artificielles qu’après avoir consulté un ophtalmologiste – la sécheresse oculaire peut cacher un autre trouble. Le meilleur moyen de garder la larme à l’œil ? Faites des pauses ! Levez-vous, traversez le couloir, discutez un peu avec votre collègue, étirez-vous ; buvez un verre d’eau… Une bonne manière aussi de lutter contre la sédentarité et d’améliorer votre concentration.
    • Adoptez le principe des 4 fois 20. Prenez vingt secondes toutes les 20 minutes, regardez à au moins vingt pas devant vous, vingt pas sur le côté à droite, puis à gauche. Clignez vingt fois des yeux. L’œil est alors beaucoup mieux irrigué.
    • Soyez (bien) éclairé. Dosez les éclairages autour  de vos écrans. Evitez la « brutalité lumineuse », dixit les experts. Rien de pire pour la fatigue visuelle qu’un écran dans le noir ! Ou en contre-jour… Evitez les reflets ou de mettre votre écran le dos à la fenêtre pour mieux voir dehors. L’idéal ? Installer votre écran perpendiculaire à la fenêtre. Plus vous êtes dans le noir, plus votre œil est diaphragmé, plus les muscles de l’œil travaillent et plus vous fatiguez vite. Migraine assurée.
    • Pensez aux filtres. Pour votre écran, vos montures… la lumière bleue des écrans créent des dégâts irréversibles pour votre rétine. En tête la DMLA, la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age, pathologie de plus en plus répandue .
    • Ayez à l’œil le temps passé devant votre écran… et pensez à déconnecter ! Pourquoi pas une cure de désintox, façon no screen le dimanche ? A méditer...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 10 meilleurs restaurants à Paris

On est toujours à la recherche d'un super resto. Un bistrot gourmand pour passer une belle soirée entre potes, une jolie cantine pour se régaler avec cet ami veggie, un burger d’anthologie, une table particulière pour un événement tout aussi particulier. Alors, pour ne pas se planter (au risque de transformer un bon moment en fiasco total), voici nos 100 meilleures adresses. Un dossier qui aurait pu s'intituler « Nos 100 restaurants préférés » ou simplement « 100 bons restaurants parisiens », tant il est difficile de parler de classement ou d'établir des palmarès.  Une liste d'établissements, tous testés anonymement par l'ensemble de la Rédaction et en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client.

Etablissements qui, grâce à leur cuisine évidemment, mais aussi leur créativité, leur accueil, leur gentillesse, leur passion, nous donnent envie de parler d'eux. Surprise, étonnement, plaisir... L’émotion peut surgir d’un bao à 5€ comme d’un pla…

TOP 10 des villes de France où il fait bon vivre et travailler

Quitter Paris, oui, mais pour aller où? Certaines destinations font davantage rêver que d'autres. Mais tout dépend aussi de vos motivations. Il y a les villes où la qualité de vie est excellente, celles qui offrent de bonnes opportunités de travail, et ce sont rarement les mêmes...1. NANTES

Ville portuaire, ville natale de Jules Verne, capitale des ducs de Bretagne : bienvenue à Nantes ! Ouverte sur l’Europe et sur le monde, entre Bretagne, Vendée et Pays de la Loire, Nantes est une ville au carrefour de nombreuses influences. L’agglomération est depuis une vingtaine d’années en plein essor démographique. La population nantaise est passée de 470 000 habitants en 1980 à près de 590 000 habitants aujourd’hui. En 2020, Nantes et son agglomération devraient abriter plus de 640 000 personnes.

2. LYON
Lyon ne souffre plus la comparaison avec la région Parisienne. L’agglomération Rhône-Alpine est devenue un pôle majeur en Europe et bénéficie de l’implantation de leaders internationaux, d’u…

La Suisse, l’eldorado des jeunes diplômés ?

C’est le pays francophone d’Europe qui attire le plus les candidats français à l’expatriation.

La sixième édition du Forum Expat qu’organise Le Monde les 5 et 6 juin à la Cité de la mode et du design, à Paris, répond à toutes les questions que les candidats à l’expatriation se posent. A commencer par celle de la destination… En Suisse, les ressortissants étrangers représentent 25 % de la population active permanente. Les opportunités professionnelles alléchantes et les salaires confortables incitent les jeunes diplômés français à s’y expatrier pour booster leur carrière à l’international sans sacrifier leur qualité de vie. Selon une enquête de la Conférence des grandes écoles (CGE), la Confédération helvétique arrive ainsi en tête des destinations francophones plébiscitées par les diplômés de 2016 travaillant à l’étranger, devant le Luxembourg, la Belgique et le Canada. C’est d’ailleurs la principale terre d’accueil des expatriés français de tout âge : près de 190 000 y sont domicilié…