Accéder au contenu principal

Les 10 meilleurs restaurants à Paris


On est toujours à la recherche d'un super resto. Un bistrot gourmand pour passer une belle soirée entre potes, une jolie cantine pour se régaler avec cet ami veggie, un burger d’anthologie, une table particulière pour un événement tout aussi particulier.
Alors, pour ne pas se planter (au risque de transformer un bon moment en fiasco total), voici nos 100 meilleures adresses. Un dossier qui aurait pu s'intituler « Nos 100 restaurants préférés » ou simplement « 100 bons restaurants parisiens », tant il est difficile de parler de classement ou d'établir des palmarès. 
Une liste d'établissements, tous testés anonymement par l'ensemble de la Rédaction et en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client.

Etablissements qui, grâce à leur cuisine évidemment, mais aussi leur créativité, leur accueil, leur gentillesse, leur passion, nous donnent envie de parler d'eux. Surprise, étonnement, plaisir... L’émotion peut surgir d’un bao à 5€ comme d’un plat sophistiqué à une centaine d’euros.

Parce que les bistronomiques à ampoules suspendues c’est bien, mais les bistrots dans leur jus aussi. Parce qu’il existe des bouis-bouis déments. Quels sont les vrais bons plans qu’on recommande yeux fermés aux copains ? Des tables simples et goûtues aux repaires des chefs les plus talentueux, en passant par la street food, les tables italiennesasiatiques… Il y en aura, c’est promis, pour toutes les envies et pour tous les budgets !

1) Mokonuts *****


Pour qui ? Les papilles en manque de tendresse, qui ont envie de se faire cajoler 

Plat culte ? Un dément labné au zaatar, à tartiner sur un pain pita maison, ou le potimarron rôti à dipper dans une onctueuse sauce tahini… Et bien sûr, pour les becs sucrés : les meilleurs cookies de Paris !

Bon plan ? Du lundi au vendredi soir, privatisation possible (à partir de six personnes et jusqu’à douze). Comptez 45 € par tête pour trois entrées, un plat et un dessert.
C’est notre pépite, notre table reviens-y, notre adresse chérie. Pourquoi ? Parce que derrière le comptoir ouvert, Omar Koreitem peint une cuisine unique, voyageuse, subtile… Inspirée par ses origines levantines. Le genre qui vous colle les poils sans qu’on s’y attende. Parce que les pâtisseries démoniaques de sa complice Moko Hirayama, pardi ! Le tout à prix sages (dans les 20-25 € le déjeuner, avec entrée, plat et dessert). Depuis, le bouche-à-oreille a fait le reste mais la fraîcheur est inchangée. Bravo !
Situé à Charonne

2) Astrance



Pour qui ? Les blasés des étoilés en quête d’émotion, ceux qui ont envie de découvrir ce qu’est la très haute gastronomie française, sans se ruiner 

Plat culte ? Larme à l’œil pour la légine : saveur beurrée, sauce tamarin et raisin blanc pour un voyage des grandes profondeurs glacées aux rivages du Mékong

Bon plan ? 75 € le menu déjeuner en semaine (pour un trois étoiles !) 
Parce que depuis dix-huit ans, le magicien Pascal Barbot régale sans lasser, faisant sortir de sa toque des plats surprise, au gré du marché et de son humeur. Parce que sa délicatesse de virtuose, mais aussi son audace (quel trois étoiles aurait osé ce sorbet au piment ?) Alors oui la salle -inchangée depuis près de deux décennies !- aurait sans doute besoin d’être rafraîchie. Agrandie, sans doute (vingt-cinq couverts seulement). Oui, d’une année sur l’autre, il arrive de retomber sur certains plats. Mais n’est-ce pas là tout le charme de cette adresse qui se concentre dans l’assiette ? Et puis, surtout : à 75 €  le menu déjeuner en semaine (120 € avec l’accord mets-vins), même s’il faut s’y prendre au moins un mois à l’avance,  on ne peut pas faire la fine bouche.
Situé à 16e arrondissement

3) Septime***** 



Pour qui ? Un(e) gastronome bien dans son époque, rêvant d'un étoilé dépoussiéré 

Plat culte ? Un fondant filet de canard aux anchois de Guéthary et jus de viande infusé au laurier

Bon plan ? Le menu à 42 € du midi 

LA table citée parmi les meilleurs restaurants du monde, cornaquée par Bertrand Grébaut, un des chefs les plus doués de sa génération, formé par les plus grands (Robuchon, Passard...) On l’aime cet étoilé dépoussiéré, pour cette cuisine tellement inscrite dans son époque, sublimant des produits d’exception avec beaucoup de justesse et tendresse. Pour sa capacité à se renouveler, année après année (bravo!). Pour la déco léchée (tables en bois brut, poutres indus). Pour le service, précis mais pas obséquieux. Revers de la médaille : accrochez-vous pour réserver une table, elles sont prises d’assaut.

Situé à Roquette

4) Abri Soba****


Pour qui ? Les sobaphiles évidemment.

Plat culte ? La tempura soba avec ses beignets de crevettes et légumes

Bon plan ? Les petits plats à 6-9 €. Les sobas à 9-17 € (+ 6 € en formule midi, avec salade, riz et assiette de tapas)  
Si, chez Time Out Paris, on adore aussi la première adresse du chef Katsuaki Okiyama (Abri tout court, génial bistronomique nippon), c’est son deuxième opus, plus accessible, qu’on a choisi de mettre en avant. Pour la déco japo-zen, tout en murs boisés, avec béton au sol. Mais surtout ces dingos nouilles au sarrasin, à slurper dans un bouillon chaud ou froid -sans conteste les meilleurs soba de Paris. Texture, bouillon, saveurs… ultra-précis, ultra gourmand ! Avec le soir, quelques bonus bien aiguisés à la carte : palourdes cuites à la vapeur de saké, salade de roulé de porc au miso… Bravo aussi pour la carte de vins, courte et bien sentie !
Situé à Faubourg Montmartre

5) L'Arpège
***** 


Pour qui ? Tout le monde, une fois dans sa vie (beaucoup plus pour ceux qui en ont les moyens) 
Plat culte ? Un poireau trempé dans le jus de la poulette 
Bon plan ? Le sourire d'Alain Passard ? (Menus à 145 € le midi, et 320-390 € le soir)
Parce qu’Alain Passard, chef impressionniste, rôtisseur de génie passionné par le végétal depuis le début des années 2000 n’a pas son pareil pour sublimer une simple tomate. Pour la beauté de ses assiettes-tableaux, hallucinantes de précision. Pour son respect du produit. Pas d’extravagances, mais des goûts puissants et des associations ingénieuses de textures. Pour son casting chiadé de fruits et légumes, en provenance directe de ses jardins. Warning : quatorze plats (!) à goûter en près de quatre heures : poser un RTT s’avère judicieux.
Situé à Invalides

6) Da Graziela
***** 


Pour qui ? Un(e) Tortue Ninja en quête de LA pâte idéale (fondante, croquante)

Plat culte ? La pizza fritta comme à Napoli !

Bon plan ? De 11 à 19 € la pizza d'anthologie
On brûle d’amour pour cette pizzeria napolitaine, qui a remplacé Vivant Cave. Parce que le cadre, déjà : une ancienne oisellerie Art nouveau avec superbe faïence. Pour le sourire de Graziella la charmante taulière. Pour la pâte, bien levée, moelleuse, parfaitement cuite dans le four à bois de compète. Pour les produits à pedigree qui vont dessus : tomates San Marzano AOP, huile d’olive vierge extra de Sorrente, anchois de Cetara… Parce que c’est aussi la seule pizzeria à réussir en plein Paris la grande spécialité de Naples : la pizza fritta ! Des ingrédients frais posés sur de la pâte frite que l’on repasse ensuite au four à bois. A oser version dessert, recouverte d’un onctueux chocolat maison.
Situé à Poissonnière

7) Restaurant Passerini**** 

Pour qui ? Les nostalgiques de Rino, les fans de l’Italie du Nord, les pastamaniaques

Plat culte ? N’importe quel plat à base de pâtes fraîches artisanales

Bon plan ? Le menu à 24 € (midi en semaine) 
Comment ne pas évoquer Giovanni Passerini dans le top 10 de ce classement ?  Un de nos italiens préférés, ancienne toque du mythique Rino (petite table transalpine fermée, devenue Les Déserteurs) Parce que les meilleures pâtes de Paris ! Parce que sa cuisine d’amour, pleine de générosité, gourmande, précise sans sophistication inutile. Parce que ses tripes all'amatriciana.
Situé au 12e arrondissement

 8) Miznon****

Pour qui ? Un(e) pitamaniaque exigeant(e)

Plat culte ? Une pita kebab d'agneau flanquée d’un orgasmique chou-fleur braisé (salive)

Bon plan ? La pita dessert fourrée aux pommes Tatin (3,50 €) 

Parce que poulet, poisson, steak ou veggie… C'est à se lécher les doigts ! Pour la déco, barock en diable, avec fruits et légumes débordant sur les étagères, son staff survolté, sa playlist... Alors oui c’est souvent blindé, oui il faut compter dix minutes de queue et jouer des coudes pour dégotter une place assise une fois à l’intérieur… Mais c’est trop bon !

Situé au Marais


 9) Les déserteurs****

Pour qui ? Un(e) fan de feu le Sergent Recruteur amateur de bon pif

Plat culte ? Les desserts parfaitement balancés (sucre/acidité), à l’instar de cecheesecake fermier assorti d’un délicat sorbet pamplemousse. 

Bon plan ? La formule midi à 30 € et celle à 49 € le soir
Si vous n’avez pas encore eu la chance de goûter cette très belle table, foncez vite : il se murmure que l’adresse serait vendue (snif), et que dans trois mois, c'est fini... Bravo : Daniel Baratier et Alexandre Céret (anciens second et sommelier du Sergent Recruteur, qu'ils ont « déserté »). On fond pour : ces petites surprises gustatives, l'immense précision et la finesse d'une cuisine pleine de pureté. Mais aussi : le super pain au levain naturel de Thierry Delabre. Et la très belle sélection vineuse (plus de 300 références !)

Situé à Charonne

10) Le Servan***** 

Pour qui ? Un(e) gourmet avide de petites assiettes métissées et subtiles

Plat culte ? Des zakouski (amuse-bouche), parmi lesquels de savoureux wonton (raviolis) de boudin noir frits, ou des coques pimentées au basilic thaï

Bon plan ? Le menu à 27€ le midi
On craque pour ces intitulés de haut vol,  concoctés par la jeune Tatiana Levha (ex-Arpège et Astrance) compagne de Bertrand Grébaut (Septime). Seiche crue à la mangue verte, poulette du Patis, servie avec asperges blanches, miettes de noix et de chorizo… Pour le cadre : zinc en laiton doré, moulures au plafond, cuisine ouverte. Bingo itou côté glouglou : des purs jus triés sur le volet (Mosse, La Sorga…)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

TOP 10 des villes de France où il fait bon vivre et travailler

Quitter Paris, oui, mais pour aller où? Certaines destinations font davantage rêver que d'autres. Mais tout dépend aussi de vos motivations. Il y a les villes où la qualité de vie est excellente, celles qui offrent de bonnes opportunités de travail, et ce sont rarement les mêmes...1. NANTES

Ville portuaire, ville natale de Jules Verne, capitale des ducs de Bretagne : bienvenue à Nantes ! Ouverte sur l’Europe et sur le monde, entre Bretagne, Vendée et Pays de la Loire, Nantes est une ville au carrefour de nombreuses influences. L’agglomération est depuis une vingtaine d’années en plein essor démographique. La population nantaise est passée de 470 000 habitants en 1980 à près de 590 000 habitants aujourd’hui. En 2020, Nantes et son agglomération devraient abriter plus de 640 000 personnes.

2. LYON
Lyon ne souffre plus la comparaison avec la région Parisienne. L’agglomération Rhône-Alpine est devenue un pôle majeur en Europe et bénéficie de l’implantation de leaders internationaux, d’u…

La Suisse, l’eldorado des jeunes diplômés ?

C’est le pays francophone d’Europe qui attire le plus les candidats français à l’expatriation.

La sixième édition du Forum Expat qu’organise Le Monde les 5 et 6 juin à la Cité de la mode et du design, à Paris, répond à toutes les questions que les candidats à l’expatriation se posent. A commencer par celle de la destination… En Suisse, les ressortissants étrangers représentent 25 % de la population active permanente. Les opportunités professionnelles alléchantes et les salaires confortables incitent les jeunes diplômés français à s’y expatrier pour booster leur carrière à l’international sans sacrifier leur qualité de vie. Selon une enquête de la Conférence des grandes écoles (CGE), la Confédération helvétique arrive ainsi en tête des destinations francophones plébiscitées par les diplômés de 2016 travaillant à l’étranger, devant le Luxembourg, la Belgique et le Canada. C’est d’ailleurs la principale terre d’accueil des expatriés français de tout âge : près de 190 000 y sont domicilié…