"Plus le jambon est rose, plus il faut se méfier. Les industriels nous mentent !" 🥓

La députée européenne écologiste Michèle Rivasi appelle à une action coup de poing contre les nitrites ce lundi, à midi.

N'hésitez pas à cliquer sur le lien afin de regarder la vidéo. 


Il n'y a rien de plus simple que la recette du jambon : viande de porc, sel, et éventuellement poivre. Pourtant, qui s'est déjà penché sur les étiquettes des jambons sous vide dans les rayons des supermarchés, a déjà remarqué que la liste des ingrédients était beaucoup plus longue : de nombreux additifs, parmi lesquels le E 250 et le E 252 (respectivement nitrate de potassium et nitrite de sodium) sont utilisés par les industriels.
Pourquoi ? "Pour accélérer la transformation du porc en charcuterie" (le temps, c'est de l'argent), et "falsifier la couleur" (le rose, c'est plus tentant), explique Guillaume Coudray, auteur du livre "Cochonneries. Comment la charcuterie est devenue un poison" (La Découverte, sept. 2017).
Pour dénoncer cette "utilisation poison", la député européenne écologiste Michèle Rivasi, accompagnée du mouvement Climat social et de Guillaume Coudray appellent à un rassemblement coup de poing ce lundi 5 février, à Paris
Et de rappeler ces chiffres alarmants : 40.000 nouveaux cas de cancers colorectaux sont recensés chaque années et 17.700 français en meurent tous les ans. Les nitrites présents dans la charcuterie industrielle pourraient être à l'origine de certains de ces cancers.
Explications : "Seuls 5 à 10 % de ces cancers sont d'origine génétique. Les autres pourraient être liés aux nitrites présents notamment dans la charcuterie industrielle , déjà déclarée cancérogène pour l'homme par leCentre international de recherche sur le cancer." 
Celui qui avait signé l'enquête de "Cash Investigation" : "Industrie agroalimentaire : business contre santé" (France 2), enjoint les Français, dans son livre (et dans la vidéo en tête d'article) à arrêter la consommation de charcuteries industrielles. "Et lui préférer l'artisanale, dans le respect du produit."
Un appel relayé par une
 pétition sur le site change.org, intitulée "Arrêtons d'empoisonner nos enfants ! Non au nitrite de sodium dans les charcuteries", dont les signatures ont doublé en cinq jours pour atteindre plus de 100.000 soutiens au moment de l'écriture de cet article.  
En 2007 déjà, le Fonds mondial de recherche contre le cancer a d'ailleurs
 confirmé que les charcuteries (avec nitrite et nitrate) provoquaient le cancer colorectal, le deuxième le plus répandu en France et en Europe. 

Commentaires