Accéder au contenu principal

1er février 1669 : le Tartuffe de Molière reçoit l’autorisation royale de représentation publique

 
 
Considérée comme une satire injurieuse de la religion et de la dévotion, la pièce est interdite une première fois interdite en 1664, Molière arguant alors auprès de Louis XIV d’une mauvaise interprétation et mettant en avant les valeurs morales qu’elle défendait

Tartuffe n’est pas seulement un chef-d’œuvre, le chef-d’œuvre peut-être de la scène comique : ce fut aussi un événement mémorable qui agita et divisa l’opinion ; où prirent parti les différentes puissances qui dominent la société ; où Molière eut à lutter plusieurs années contre des obstacles que lui opposaient la magistrature et le sacerdoce ; où Louis XIV fut longtemps indécis entre les plaintes d’un poète et les alarmes de la religion, entre les penchants de son esprit et les scrupules de sa conscience, et dont enfin l’issue, favorable au théâtre, eut sur la morale publique une influence qu’on peut qualifier diversement, mais que tout le monde est forcé de reconnaître.
Molière conçut de bonne heure le sujet du Tartuffe. Ce fut le premier ouvrage considérable dont il s’occupa après l’École des Femmes ; car, de la représentation de cette dernière comédie, en 1662, aux fêtes de 1664, où furent joués les trois premiers actes du Tartuffe — qui en compte cinq —, l’intervalle n’est rempli que par des pièces de peu d’importance. Le roi, personnellement satisfait des trois actes qu’il venait d’entendre, et persuadé des bonnes intentions de l’auteur, n’en avait pas moins cru devoir défendre la représentation publique d’une comédie qui, quoique dirigée contre la seule hypocrisie, pouvait être d’une fâcheuse conséquence pour la véritable dévotion.
Jean-Baptiste Poquelin dit Molière. Gravure (colorisée) de Bernard Lépicie (1698-1755) réalisée d'après la peinture de Charles-Antoine Coypel (1750)
Jean-Baptiste Poquelin dit Molière. Gravure (colorisée) de Bernard Lépicie (1698-1755)
réalisée d’après la peinture de Charles-Antoine Coypel (1750)
Au mois de septembre de la même année, ces trois premiers actes furent également joués à Villers-Cotterêts, chez Monsieur, en présence du roi et des deux reines. Deux mois après, la pièce entière fut représentée au Raincy, chez le prince de Condé, qui, au mois de novembre de l’année suivante, la fit jouer au même lieu pour la princesse palatine, et voulut encore la revoir à Chantilly, le 4 mars 1666. Dans le même temps, Molière en faisait des lectures en différents endroits, comme l’atteste ce vers de la troisième satire de Boileau, publiée en 1665 : « Molière avec Tartuffe y doit jouer son rôle. »
Ces représentations privées et ces lectures particulières ne le consolaient pas de la défense qui lui avait été faite de produire sa comédie en public. Attribuant la longue durée de cette interdiction aux intrigues de ceux qui avaient intérêt à ce qu’elle n’eût point de terme, il se vengea d’eux dans un autre ouvrage qui, en leur donnant de nouvelles raisons de le détester, leur fournit de nouveaux moyens de lui nuire. Cet ouvrage était le Festin de Pierre. « La profession d’hypocrite, dit don Juan, a de merveilleux avantages. C’est un art de qui l’importance est toujours respectée ; et, quoiqu’on la découvre, on n’ose rien dire contre elle. Tous les autres vices des hommes sont exposés à la censure, et chacun a la liberté de les attaquer hautement ; mais l’hypocrisie est un vice privilégié qui, de sa main, ferme la bouche à tout le monde, et jouit en repos d’une impunité souveraine. » Il est impossible de s’y tromper : c’est ici l’auteur même du Tartuffe qui se plaint, à la face du public, de ceux qui ont eu le pouvoir d’écarter de la scène cet ouvrage entrepris pour les démasquer.
Un curé de Paris publia contre Molière un livre où sa comédie était qualifiée de diabolique, et lui-même appelé un démon vêtu de chair, digne de passer des bûchers de la justice humaine dans les brasiers de la vengeance divine. Il en prit occasion de représenter au roi qu’il était plus juste que jamais de lui permettre de faire jouer le Tartuffe, puisqu’il n’avait que ce moyen de prouver au public l’innocence d’un ouvrage si odieusement calomnié par ses ennemis. Ce fut l’objet d’un premier placet dont la date n’est point fixée. Molière obtint du roi la permission tant désirée, au moment où ce prince partait pour la conquête de la Flandre.
Représentation du Tartuffe de Molière en 1667. Orgon est témoin de l'entreprise de séduction de sa femme Elmire par Tartuffe. Dessin (colorisé) de Pierre Brissart (1682)
Représentation du Tartuffe de Molière en 1667. Orgon est témoin de l’entreprise
de séduction de sa femme Elmire par Tartuffe. Dessin (colorisé) de Pierre Brissart (1682)
Cette permission malheureusement n’était que verbale. Le lendemain de la première représentation qui fut donnée le 5 août 1667, les comédiens reçurent du premier président de Lamoignon la défense de jouer la pièce jusqu’à un nouvel ordre de Sa Majesté. Molière fit aussitôt partir pour le camp devant Lille deux de ses camarades, La Grange et La Thorillière, porteurs d’un second placet dans lequel il se plaignait amèrement de ce coup d’autorité qui, en frappant son ouvrage, enfreignait la volonté même du monarque. Le roi fit dire aux deux comédiens « qu’à son retour à Paris il ferait examiner la pièce, et qu’ils la joueraient ».
On a lu dans vingt écrits, entre autres dans ceux de Voltaire, que Molière, recevant la défense au moment même où allait commencer la seconde représentation, dit aux nombreux spectateurs qu’elle avait attirés : « Messieurs, nous allions vous donner le Tartuffe ; mais monsieur le premier président ne veut pas qu’on le joue. » Le fait n’est ni vrai, ni vraisemblable. Molière, quel que fût son dépit, respectait trop les bienséances et la vérité, il se respectait trop aussi lui-même pour se permettre publiquement un quolibet si offensant et si calomnieux.
Le premier président de Lamoignon, l’ami de Racine et de Boileau, l’Ariste du Lutrin, ne pouvait, en aucune manière, être comparé à Tartuffe. Il était d’une piété sincère que nul ne révoquait en doute ; et, quand même il n’eût pas été vraiment religieux, l’élévation de son caractère et de son rang l’aurait empêché de descendre aux basses impostures de l’hypocrisie.
La troupe de Molière ne jouait que trois fois par semaine, le mardi, le vendredi et le dimanche. Le Tartuffe fut représenté, pour la première fois, le vendredi 5 août ; la défense arriva le lendemain 6, et c’est le dimanche 7 que devait être donnée la seconde représentation. Il est donc faux déjà que la défense ait été notifiée aux comédiens à l’instant où ils se disposaient à entrer en scène pour rejouer la pièce. On pourrait, en passant condamnation sur cette circonstance, dire qu’au moins Molière fit l’annonce en question le lendemain de la défense, devant un public qui l’ignorait et s’était porté en foule au théâtre pour jouir à son tour du chef-d’œuvre nouveau.
Ordonnance de l'archevêque de Paris du 11 août 1667 portant défense, sous peine d'excommunication, de toute représentation du Tartuffe
Ordonnance de l’archevêque de Paris du 11 août 1667 portant défense, sous peine
d’excommunication, de toute représentation du Tartuffe
Or du jour même de la défense, le théâtre fut fermé, et il ne se rouvrit que le 25 du mois suivant, c’est-à-dire cinquante jours après. Cette longue interruption, qui ne fut point commandée par l’autorité, eut pour cause le départ subit de La Grange et de La Thorillière, acteurs employés dans un trop grand nombre de rôles pour qu’il fût possible de donner aucune représentation utile en leur absence. Ces détails sont minutieux, sans doute ; mais ils ne peuvent être regardés comme superflus, s’ils ont servi à détruire une anecdote mensongère qui calomniait de Lamoignon par la bouche de Molière, et calomniait Molière lui-même.
Quand le premier président défendit les représentations du Tartuffe, quels furent ses véritables motifs ? On les ignore entièrement : c’en devrait être assez pour qu’on s’abstînt de les condamner. Tout le monde, du reste, n’approuvait pas l’ordre qu’il avait donné, et il permettait qu’on le lui dît. Ménage, qu’on trouve toujours prenant le parti de Molière, quoiqu’il ait eu plus d’une fois à se plaindre de lui, Ménage ne craignit pas de déclarer à de Lamoignon que le Tartuffe était une pièce dont la morale était excellente, et qu’elle ne contenait rien dont le public ne pût faire grandement son profit. Il est fâcheux que Ménage ne nous ait pas appris ce que lui avait répondu le premier président.
Molière, quand il obtint du roi la permission verbale de faire jouer sa pièce, prit l’engagement d’y faire tous les adoucissements, toutes les suppressions, en un mot tous les changements qui pourraient, sinon désarmer ses ennemis, du moins leur ôter tout légitime sujet de plainte. À ce nom de Tartuffe qui était, depuis plus de trois ans, le signal des clameurs et des calomnies du faux zèle, il avait substitué celui de Panulphe, et il avoit produit sa pièce sous le seul titre de l’Imposteur. De peur qu’un habit de forme et de couleur cléricale n’indiquât trop clairement dans quelle classe d’hommes il avait été prendre ses modèles, il avait, comme il le dit lui-même, « déguisé son personnage sous l’ajustement d’un homme du monde » ; il lui avait donné « un petit chapeau, de grands cheveux, un grand collet, une épée, et des dentelles sur tout l’habit. »
Page de titre de la première édition du Tartuffe de Molière (1669)
Page de titre de la première édition du Tartuffe de Molière (1669)
Ces changements d’un nom, d’un titre et d’un costume auraient été peu de chose sans ceux que pouvait exiger le dialogue en son premier état. Molière en avait retranché principalement ces expressions, ces formules consacrées dont l’Église se réserve l’usage, et qui, en aucun cas, ne doivent frapper les voûtes profanes d’un théâtre. Il y en a une toutefois qu’il n’avait pas eu le soin ou peut-être le courage de supprimer ; c’est celle que renferme ce vers : « O ciel ! pardonne-lui comme je lui pardonne ! » On crut y voir la parodie sacrilège d’une phrase de l’oraison dominicale ; et le vers, docilement sacrifié par Molière, n’a été conservé que par la tradition. Si l’on excepte ce vers et quelques autres endroits de moindre conséquence, la pièce telle qu’on la vit à la première représentation, ne différait pas de ce qu’elle fut à la seconde, de ce qu’elle est aujourd’hui.
Dix-huit mois s’écoulèrent sans que Molière obtînt du roi la permission écrite qui devait lever la défense du parlement. Cette permission lui fut enfin accordée le 1er février 1669, et le 5 février, le Tartuffe eut sa seconde représentation publique qui fut suivie de quarante-trois autres sans interruption.
Les comédiens, charmés d’un tel succès, voulurent que Molière eût toute sa vie double part chaque fois qu’on jouerait la pièce. Le jour de la résurrection du Tartuffe, Molière présenta au roi un troisième placet dont l’objet était de solliciter, pour le fils de son médecin, un canonicat qui vaquait à la chapelle royale de Vincennes. C’était narguer assez plaisamment les hypocrites, que d’employer son crédit à faire un bénéficier, le jour même où il lui était permis de les livrer à la dérision publique.

https://www.france-pittoresque.com/spip.php?article14763

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 10 meilleurs restaurants à Paris

On est toujours à la recherche d'un super resto. Un bistrot gourmand pour passer une belle soirée entre potes, une jolie cantine pour se régaler avec cet ami veggie, un burger d’anthologie, une table particulière pour un événement tout aussi particulier. Alors, pour ne pas se planter (au risque de transformer un bon moment en fiasco total), voici nos 100 meilleures adresses. Un dossier qui aurait pu s'intituler « Nos 100 restaurants préférés » ou simplement « 100 bons restaurants parisiens », tant il est difficile de parler de classement ou d'établir des palmarès.  Une liste d'établissements, tous testés anonymement par l'ensemble de la Rédaction et en payant l'addition à chaque fois, comme n'importe quel client.

Etablissements qui, grâce à leur cuisine évidemment, mais aussi leur créativité, leur accueil, leur gentillesse, leur passion, nous donnent envie de parler d'eux. Surprise, étonnement, plaisir... L’émotion peut surgir d’un bao à 5€ comme d’un pla…

TOP 10 des villes de France où il fait bon vivre et travailler

Quitter Paris, oui, mais pour aller où? Certaines destinations font davantage rêver que d'autres. Mais tout dépend aussi de vos motivations. Il y a les villes où la qualité de vie est excellente, celles qui offrent de bonnes opportunités de travail, et ce sont rarement les mêmes...1. NANTES

Ville portuaire, ville natale de Jules Verne, capitale des ducs de Bretagne : bienvenue à Nantes ! Ouverte sur l’Europe et sur le monde, entre Bretagne, Vendée et Pays de la Loire, Nantes est une ville au carrefour de nombreuses influences. L’agglomération est depuis une vingtaine d’années en plein essor démographique. La population nantaise est passée de 470 000 habitants en 1980 à près de 590 000 habitants aujourd’hui. En 2020, Nantes et son agglomération devraient abriter plus de 640 000 personnes.

2. LYON
Lyon ne souffre plus la comparaison avec la région Parisienne. L’agglomération Rhône-Alpine est devenue un pôle majeur en Europe et bénéficie de l’implantation de leaders internationaux, d’u…

La Suisse, l’eldorado des jeunes diplômés ?

C’est le pays francophone d’Europe qui attire le plus les candidats français à l’expatriation.

La sixième édition du Forum Expat qu’organise Le Monde les 5 et 6 juin à la Cité de la mode et du design, à Paris, répond à toutes les questions que les candidats à l’expatriation se posent. A commencer par celle de la destination… En Suisse, les ressortissants étrangers représentent 25 % de la population active permanente. Les opportunités professionnelles alléchantes et les salaires confortables incitent les jeunes diplômés français à s’y expatrier pour booster leur carrière à l’international sans sacrifier leur qualité de vie. Selon une enquête de la Conférence des grandes écoles (CGE), la Confédération helvétique arrive ainsi en tête des destinations francophones plébiscitées par les diplômés de 2016 travaillant à l’étranger, devant le Luxembourg, la Belgique et le Canada. C’est d’ailleurs la principale terre d’accueil des expatriés français de tout âge : près de 190 000 y sont domicilié…