Accéder au contenu principal

«Les supermarchĂ©s, c'est fini pour moi» 🍏


  • Les Français se dĂ©tournent des supermarchĂ©s.
  • Des internautes expliquent pourquoi ils n'y vont plus.
  • Certains optent pour le drive tandis que d'autres privilĂ©gient les commerces de proximitĂ© et les marchĂ©s.
  • Certains cultivent leurs propres fruits et lĂ©gumes.
  • Le e-commerce permet de complĂ©ter.

Trop de monde, trop de temps, trop de stress. Des espaces trop grands et trop de dĂ©ceptions sur la qualitĂ© de certains produits. Les Français sont de moins en moins clients des hypermarchĂ©s. Un changement profond, qui pousse les grands distributeurs, comme Carrefour, Ă  lancer de gigantesque plan de transformation.
Les internautes de 20 Minutes, le confirment : ces temples de la consommation ne les sĂ©duisent plus. « Je dĂ©teste ça, souffle Nathalie. C’est bondĂ©, parfois la chaleur est Ă©touffante, sans compter qu’au rayon fruits et lĂ©gumes, la qualitĂ© n’est pas toujours au rendez-vous. J’ai dĂ©jĂ  vu un responsable de rayon remplir le bac des poires françaises avec des poires venant d’Italie. On est grugĂ©s. »
Martine est sur la mĂŞme longueur d’onde. Pour elle, plus question de mettre les pieds dans ce type de grandes surfaces : « Carrefour, Leclerc….Ça fait une Ă©ternitĂ© que je n’y mets plus les pieds. Mettre dans le chariot, tout sortir Ă  la caisse, puis mettre dans les sacs, puis mettre dans la voiture, puis dĂ©charger… Pour moi maintenant, c’est le Drive. Je commande tranquillement chez moi et je rĂ©cupère mes courses en sortant du boulot. En cinq minutes, c’est fait ! Et en plus, je fais des Ă©conomies car je ne suis pas tentĂ©e. Et pour ce qui est de la viande, c’est au boucher sur le marchĂ© ou grand frais ! Fruits et lĂ©gumes pareil. »

« Acheter moins et mieux »

Acheter les produits non consommables et les fonds de placard au supermarchĂ© et privilĂ©gier les commerces de proximitĂ© et les marchĂ©s pour les produits frais semble ĂŞtre une tendance de fond. C’est du moins ce qui se dĂ©gage des commentaires sous l’appel Ă  tĂ©moignages que nous avons lancĂ© sur notre page Facebook. « Aller chez le boucher, le primeur, dans les marchĂ©s, etc, ça crĂ©e de l’emploi et ce n’est pas forcĂ©ment plus cher, estime ValĂ©rie. Je n’ai qu’un petit budget, mais je ne suis pas ruinĂ©e pour autant. Acheter moins et mieux est devenu ma devise. Dans les hypermarchĂ©s, on paye la marque, pas la qualitĂ©. Et en plus c’est meilleur pour l’environnement, car il y a moins de suremballages, de dĂ©chets plastiques en gĂ©nĂ©ral. »
« J’adore faire les courses, ajoute Yasmina, qui frĂ©quente assidĂ»ment le marchĂ©. Le boucher connaĂ®t mes goĂ»ts, il me conseille. Grâce Ă  lui, j’ai dĂ©couvert de nouveaux morceaux et j’ai appris Ă  les cuisiner. Pareil pour les fruits et les lĂ©gumes. Et puis le contact humain, c’est très important. »

Fait maison et e-commerce

AngĂ©lique habite Ă  la campagne et est allĂ©e encore plus loin. Elle n’achète plus, elle fait, elle cultive. « J’ai radicalement changĂ© de mode de consommation et je fuis tous les super ou les hypermarchĂ©s. Tout ce qui est cuisine industrielle, c’est fini pour moi. Je cultive mon potager, mon verger, mes plantes aromatiques. Je cuisine mes propres gâteaux. Et tout ce que je ne peux pas faire moi-mĂŞme, je l’achète dans des magasins bio et la viande chez le boucher. » Radical, mais efficace.
Et comment fait-on pour tous les produits qu’on ne trouve pas dans les commerces de bouche ? Anne-Ca a la solution : « Pour les achats spĂ©cifiques comme les sacs d’aspirateur, les sites d’e-commerce complètent parfaitement. RĂ©sultat, je ne prends plus ma voiture. Je fais tout avec mon chariot. »
Faut-il pour autant bannir complètement les supermarchĂ©s ? Sans doute pas. Tout avoir sous la main en un mĂŞme endroit, bĂ©nĂ©ficier de prix avantageux et pouvoir se garer reprĂ©sentent tout de mĂŞme des avantages considĂ©rables. Il faut juste faire attention Ă  ce que l’on achète. C’est du moins l’avis d’Audrey : « Acheter en grande surface ne signifie pas forcĂ©ment acheter des produits mauvais. J’habite Ă  Nancy donc je choisis des Ĺ“ufs produits en Lorraine. J’achète du beurre AOP de Charente et uniquement des fruits et lĂ©gumes originaires de France. » Une manière raisonnĂ©e de consommer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Les 10 meilleurs restaurants Ă  Paris

On est toujours Ă  la recherche d'un super resto. Un bistrot gourmand pour passer une belle soirĂ©e entre potes, une jolie cantine pour se rĂ©galer avec cet ami veggie, un burger d’anthologie, une table particulière pour un Ă©vĂ©nement tout aussi particulier. Alors, pour ne pas se planter (au risque de transformer un bon moment en fiasco total), voici nos 100 meilleures adresses. Un dossier qui aurait pu s'intituler « Nos 100 restaurants prĂ©fĂ©rĂ©s » ou simplement « 100 bons restaurants parisiens », tant il est difficile de parler de classement ou d'Ă©tablir des palmarès.  Une liste d'Ă©tablissements, tous testĂ©s anonymement par l'ensemble de la RĂ©daction et en payant l'addition Ă  chaque fois, comme n'importe quel client.

Etablissements qui, grâce Ă  leur cuisine Ă©videmment, mais aussi leur crĂ©ativitĂ©, leur accueil, leur gentillesse, leur passion, nous donnent envie de parler d'eux. Surprise, Ă©tonnement, plaisir... L’Ă©motion peut surgir d’un bao Ă  5€ comme d’un pla…

TOP 10 des villes de France oĂą il fait bon vivre et travailler

Quitter Paris, oui, mais pour aller où? Certaines destinations font davantage rêver que d'autres. Mais tout dépend aussi de vos motivations. Il y a les villes où la qualité de vie est excellente, celles qui offrent de bonnes opportunités de travail, et ce sont rarement les mêmes...1. NANTES

Ville portuaire, ville natale de Jules Verne, capitale des ducs de Bretagne : bienvenue Ă  Nantes ! Ouverte sur l’Europe et sur le monde, entre Bretagne, VendĂ©e et Pays de la Loire, Nantes est une ville au carrefour de nombreuses influences. L’agglomĂ©ration est depuis une vingtaine d’annĂ©es en plein essor dĂ©mographique. La population nantaise est passĂ©e de 470 000 habitants en 1980 Ă  près de 590 000 habitants aujourd’hui. En 2020, Nantes et son agglomĂ©ration devraient abriter plus de 640 000 personnes.

2. LYON
Lyon ne souffre plus la comparaison avec la rĂ©gion Parisienne. L’agglomĂ©ration RhĂ´ne-Alpine est devenue un pĂ´le majeur en Europe et bĂ©nĂ©ficie de l’implantation de leaders internationaux, d’u…

La Suisse, l’eldorado des jeunes diplĂ´mĂ©s ?

C’est le pays francophone d’Europe qui attire le plus les candidats français Ă  l’expatriation.

La sixième Ă©dition du Forum Expat qu’organise Le Monde les 5 et 6 juin Ă  la CitĂ© de la mode et du design, Ă  Paris, rĂ©pond Ă  toutes les questions que les candidats Ă  l’expatriation se posent. A commencer par celle de la destination… En Suisse, les ressortissants Ă©trangers reprĂ©sentent 25 % de la population active permanente. Les opportunitĂ©s professionnelles allĂ©chantes et les salaires confortables incitent les jeunes diplĂ´mĂ©s français Ă  s’y expatrier pour booster leur carrière Ă  l’international sans sacrifier leur qualitĂ© de vie. Selon une enquĂŞte de la ConfĂ©rence des grandes Ă©coles (CGE), la ConfĂ©dĂ©ration helvĂ©tique arrive ainsi en tĂŞte des destinations francophones plĂ©biscitĂ©es par les diplĂ´mĂ©s de 2016 travaillant Ă  l’Ă©tranger, devant le Luxembourg, la Belgique et le Canada. C’est d’ailleurs la principale terre d’accueil des expatriĂ©s français de tout âge : près de 190 000 y sont domiciliĂ©…